/ On en parle

Direction Générale des Entreprises – le constat en demi-teinte de la Cour des Comptes

La cour regrette notamment que le regroupement des administrations centrales, amorcée par la DGE, reste insuffisant. elle note la persistance de cloisonnement ministériels qui engendre une superposition artificielle des services. Elle relève également le fait que cette situation n’est pas sans conséquence sur l’efficacité de ces services dont la fonction d’appui est pourtant attendue des entreprises françaises pour leur permettre de relever les défis auxquels elles sont confrontées. Un exemple significatif étant celui de l’agence du numérique et le service de l’économie du numérique.

D’autre part, la Cour des Comptes dénonce le fait que le découpage entre DGE et Direction Générale du Trésor soit flou et mériterait une refonte vers un dispositif plus restreint et « mieux armé pour mobiliser les compétences externes ».

Pour renforcer l’efficience de cette direction, la Cour des comptes formule 6 recommandations, destinées à renforcer l’efficience de cette direction, indispensable au développement de nos entreprises.

  • Concentrer les forces de la DGE sur l’industrie et le tertiaire à fort enjeu.
  • Faire de la numérisation de l’économie une priorité.
  • Réévaluer dans l’ordre des priorités de la DGE, la place à accorder aux domaines tertiaires non financiers.
  • Alléger la DGE des tâches de gestion.
  • Resserrer les liens entre DGE et DIRRECTE.
  • Intégrer au sein des régions dans les DIRRECTE les réseaux territoriaux sur lesquels s’appuie la DGE.

Pour aller plus loin, le dossier est consultable ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *