/ Non classé

5 bonnes raisons de refuser la taxation des robots

L’industrie Française, comparée à ses homologues et Allemands et Italiens souffre d’un retard en robotique et automatisation qui tend à peser sur la capacité de nos entreprises à produire des biens financièrement compétitifs et qualitatifs.

Le déficit commercial qui atteint 48,1 milliards montre une nouvelle fois les difficultés des entreprises françaises à l’international et la difficulté de notre tissu industriel, malgré des mesures ponctuelles de soutien à l’investissement de combler le déficit entre importations et exportations.

Celui-ci résulte d’une combinaison de facteurs dont deux d’importances, le coût du travail et le retard pris par les industriels français en matière de robotique et d’automatisation : à peine 40 000 robots industriels en France contre 200 000 en Allemagne.

La taxation des robots, sous une forme directe ou indirecte, comme l’instauration d’une taxe sur la valeur ajoutée des biens et équipements produits par les robots aurait pour effet de jouer sur des deux facteurs en aggravant le déficit concurrentiel entre notre industrie et celle de nos voisins européens.

Le Symop, qui a fait du soutien à l’investissement productif et à la modernisation de notre parc industriel une priorité, liste 5 bonnes raisons de rejeter la taxe robots. Le document est consultable ici: http://www.symop.com/wp-content/uploads/2017/03/Taxation-des-robots-1.pdf

2 commentaires sur “5 bonnes raisons de refuser la taxation des robots

  1. J’ai récemment participé à un débat concernant ce sujet et je suis totalement en phase avec cette vision des choses, merci pour le partage et merci pour votre blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *