/ On en parle, Perspectives, Points de vue

Faire entrer la France dans la troisième révolution industrielle

L’Observatoire de l’innovation de L’Institut de l’Entreprise vient de rendre publique son étude annuelle. Intitulée Comment faire entrer la France dans la troisième révolution industrielle, cette recherche met l’accent sur le retard accumulé par la France dans le domaine de l’innovation productive.

Constatant la sous-robotisation des lignes de production françaises et l’âge vieillissant du parc de machines des usines françaises, l’étude formule cinq propositions en faveur de la modernisation de l’outil de production dans son chapitre Nouvelles technologies de production.

La robotique industrielle, la recherche, la formation, sont au centre des cinq préconisations de l’Observatoire :

  1. Renforcer le financement de la filière robotique et ainsi développer des fonds qui, à l’image de Robolution Capital, sont financés à parts égales entre le public et le privé. L’étude préconise de mettre à contribution les financements européens existants.
  2. Diffuser davantage les vertus des technologies de production. Les pouvoirs publics et les entreprises doivent faire le nécessaire pour mieux faire connaitre l’existence des nouvelles technologies de production.
  3. Fluidifier le passage de la recherche fondamentale aux applications industrielles et commerciales. L’étude met en exergue le fait qu’une trop faible partie de la recherche publique française en robotique est convertie en produits ou entreprises. Selon l’institut de l’entreprise il serait nécessaire de développer des organismes capables d’accompagner de tels projets, à l’image du groupement de recherche en robotique créé en 2007 par le CNRS. 
  4. Développer les intégrateurs. La France a intérêt à favoriser le développement de quelques intégrateurs nationaux de grande taille, aux compétences suffisamment diverses pour couvrir plusieurs secteurs.
  5. Aider les PME à acquérir et à intégrer des robots en développant des programmes sur le modèle du plan Robot Start PME initié par le Symop et en encourageant la mutualisation des capacités de production sur le modèle hub, carrefour d’expertises entre de grandes entreprises, des PME et des Start-up.

Ces pistes vont dans le même sens que les dernières dispositions mises en œuvre par les pouvoirs publics (France Robots Initiatives, Usine du Futur, etc.). Ces dispositifs témoignent de l’intérêt porté par l’Etat afin que la France rattrape le retard accumulé vis-à-vis de ses partenaires, et néanmoins concurrents, européens. C’est la question de la productivité nationale, mais aussi du poids de la France à l’export, qui sont en jeu.

Retrouvez l’étude sur ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *